samedi 24 août 2013

Une Femme de Mauvaise Réputation (Emraa Sayyeat Assomaa - 1973)


امرأة سيئة السمعة
إخراج : هنرى بركات



Henry Barakat a réalisé Une Femme de Mauvaise Réputation en 1973.

Scénario : Mamdouh Al Leithi

Distribution : Shams al Baroudi, Mahmoud Yassin, Youssef Chaban, Imad Hamdi, Nagwa Fouad, George Sedhom, Salah Nazmi

Titre anglais : A Woman with a Bad Reputation



Shams Al Baroudi et Mahmoud Yassin
                                                                                       



Shams Al Baroudi et Imad Hamdi
                   

Shams Al Baroudi et Youssef Chaban
                                                                                         


Kamal et Hana appartiennent à la bourgeoisie cairote. Kamal est cadre dans une grande entreprise et ils ont un fils d’une dizaine d’années.  Quand le film commence, la petite famille connaît des difficultés financières et pour s’en sortir, Kamal doit impérativement obtenir une promotion.  Afin que son mari décroche le poste de direction des ventes, Hana accepte de devenir la maîtresse du patron. Au début, cet « arrangement » semble convenir à tout le monde. Le soir après le travail, le mari complaisant, la femme disponible et l’amant généreux ont coutume de dîner ensemble dans des restaurants ou dancings des beaux quartiers du Caire. C’est lors de l’une de ces sympathiques sorties que Hana retrouve Ahmed, celui qui fut son premier amour. Ils redeviennent amants.  La situation se complique. Hana souhaite quitter son mari et rompre avec le patron pour refaire sa vie avec Ahmed.  Kamal n’est pas content du tout : c’est son poste qu’il risque de perdre. Il la menace, en vain. Malheureusement pour Hana, le destin ne lui permettra pas de réaliser son rêve. Leur petit garçon tombe gravement malade et elle devra se rapprocher de son vieil amant pour obtenir l’argent nécessaire aux soins. Une fois son fils rétabli, elle tente de renouer avec Ahmed mais celui-ci informé de la situation de sa maîtresse souhaite rompre définitivement.

Un mélodrame moderne qui à sa sortie fit un énorme scandale. Certes, dans les années soixante-dix,  la société égyptienne était beaucoup plus tolérante qu’elle ne l’est aujourd’hui et les cinéastes de l’époque n’hésitaient pas à bousculer la morale traditionnelle. Néanmoins, beaucoup eurent le sentiment qu’Henry Barakat avait été trop loin. On lui a surtout reproché de traiter ses personnages avec une bienveillance excessive. On a aussi estimé que le dénouement était trop doux pour la femme deux fois adultère (qui méritait  les flammes de l’enfer). C’est évidemment cette absence de point de vue moralisateur qui aujourd’hui constitue l’une des principales qualités de ce film singulier (Le titre est peut-être la seule concession faite aux défenseurs de la vertu !).
A noter, la participation de Nagwa Fouad pour le traditionnel numéro de danse orientale. Une séquence qui plut aussi beaucoup aux conservateurs !


Appréciation : 4/5 

****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire