dimanche 2 décembre 2018

A la télé : le film du jour (Rotana Classic du 1er au 9 décembre)

روتانا كلاسيك


Ma sélection personnelle parmi les films diffusés par la chaîne Rotana Classic. Les horaires donnés sont ceux de l'après-midi ou de la soirée (heure de Paris). La plupart des films sont ensuite rediffusés le lendemain matin. Je m'efforce de choisir des films qui n'ont pas encore fait l'objet d'une présentation sur ce blog sans nécessairement prendre en compte leurs qualités artistiques.


Dimanche 9 décembre à 16h

Rendez-vous avec un inconnu d’Atef Salem (Maweed maa maghoul, 1959)
avec Omar Sharif (Magdi), Samia Gamal (Nana, auxiliaire de police), Hala Shawkat (Nadia), Fakher Fakher (Soubhy), Youssef Fakhr El Din (Rachad), Omar Al Hariri (officier de police), Reyad El Kasabgy (le gardien de l'usine), Kamal Hussein, Thuraya Fakhry (mère de Rachad), Salah Nazmi (le médecin)
Scénario : Youssef Issa
Musique : Mohamed Abdel Wahab
appréciation : 3/5


Amin est un industriel. Depuis qu’il a constaté que son entreprise était l’objet d’importants détournements de fonds, il reçoit des lettres anonymes lui enjoignant de garder le silence. Amin veut lui-même enquêter avant de prévenir la police. Il convoque Rachad, son jeune comptable. Lors de leur entretien, Amin explique à son interlocuteur qu’il est certain de son innocence mais que quelqu’un a tenté de le faire accuser en falsifiant ses livres de comptes. Tandis qu’ils discutent, un homme s’est introduit dans la voiture de Rachad pour se saisir du revolver qui se trouve dans la boîte à gants. L’inconnu pénètre dans les locaux de l’entreprise et tire sur Amin qui s’effondre mortellement blessé. Poursuivi par le gardien, Rachad se sauve. Sur la route il est arrêté par un étrange personnage qui lui garantit l’impunité bien que tout l’accuse. Il doit disparaître et garder le silence sur tout ce dont il a été le témoin. Après avoir fait ses adieux à sa mère et à sa sœur, Rachad s’envole pour le Soudan. La police a pris l’affaire en main mais elle ne parvient pas à identifier un coupable. Magdi est le jeune frère d’Amin qui fait des études à l’étranger. Il rentre en Egypte pour mener sa propre enquête.


Samedi 8 décembre à 18h30

Hassan et Naïma d'Henry Barakat (1959)
avec Muharam Fouad (Hassan), Soad Hosny (Naïma), Wedad Hamdy (Fatima), Hassan El Baroudy (Abdulaq), Mahmoud El Sabba (Atwa), Hussein Assar (Metwali), Naïma Wasfi (mère d’Hassan), Lotfy El Hakim (le maire), Layla Fahmy (servante), Neimat Mokhtar (danseuse), Hussein Ismaïl, Mohamed Tawfik, Abdelalim Khattab, Ibrahim Saafan
d’après un récit d’Abdel Rahman El Khamisy
Scénario : Henry Barakat et Abdel Rahman El Khamisy
Musique : Mohamed Abdel Wahab, Morsi Gamil Aziz, André Ryder, Mohamed Al Mogi, Abdel Rahman El Khamisy
figure dans la liste des 100 films les plus importants de l'histoire du cinéma égyptien


Drame. Metwaly est un riche paysan qui ne pense qu’à accroître sa fortune et agrandir son domaine. Sa fille Naïma est tombée amoureuse d’un jeune chanteur du nom d’Hassan. Régulièrement, ils se retrouvent en cachette et se promettent l’un à l’autre. Malheureusement Metwaly a d’autres projets pour sa fille. Il souhaite qu’elle épouse Atwa, plus vieux mais surtout beaucoup plus riche qu’Hassan. Les deux amoureux décident de s’enfuir. ..
C'est le premier film de Soad Hosny. Elle a quinze ans.


Vendredi 7 décembre à 22h

L'Evasion d'Atef El Tayyeb (Al Huroub, 1991)
avec Medhat El-Sherif; Ahmed Zaki, Abdel Aziz Makhyoun, Zouzou Nabil, Hala Zedki, Mahmoud El Bezawy, Mohamed Wafik, Abu Bakr Ezzat, Hassan Hosny, Youssef Fawzy, Samir Wahid, Aïda Fahmy, Salah Abdullah, Ahmed Adam, Sherif Mounir, Suheir Tawfiq
Scénario et dialogues : Mostafa Moharam
Musique : Modi Al Imam
Figure dans la liste des 100 films les plus importants du cinéma égyptien.


Drame. Montasser travaille pour une société qui s’occupe d’envoyer des ouvriers égyptiens dans les pays du golfe. Ne supportant plus de voir ces travailleurs exploités et escroqués par son patron qui leur délivre des faux visas, il veut dénoncer ces pratiques frauduleuses à la police. Mais son chef est plus rapide que lui : il parvient à faire arrêter son employé pour détention de drogue. Montasser est condamné à deux ans de prison. Quand il est enfin libéré, il veut se venger. Il se rend chez son ancien patron et le tue dans son lit. Puis il se lance à la recherche de sa femme. Celle-ci a été manipulée par une entremetteuse qui l’a convaincue de partir en Turquie pour s’y prostituer. Il retrouve très vite cette mère maquerelle. Elle occupe une fonction fort honorable : directrice d’une école pour jeunes filles. La dame refuse de lui dire où se trouve sa femme. Alors Montasser tente de la faire avouer par la force. En tentant de résister, la directrice chute et sa tête vient frapper violemment l’accoudoir du canapé. Elle meurt sur le coup. Montasser doit fuir…


Jeudi 6 décembre à 18h30

C'est toi que j'aime d'Ahmed Badrakhan (Ahebbak Inta, 1949)
avec Farid Al Atrache, Samia Gamal, Ismaïl Yassin, Abdel Salam Al Nabulsi, Zeinat Sedki, Thoraya Helmy, Lola Sedky, Isamaël Yassin, Mahmoud Shoukoko, Hassan Fayek, Abdel Moneim Ismaïl, Stephan Rosti, Zaki Ibrahim, Soad Ahmed
Scénario et dialogue : Youssef Gohar et Ahmed Badrakhan
Musique : Farid Al Atrache


Comédie musicale. Monir est un petit employé de bureau. C’est aussi un musicien mais il n’a jamais réussi à se faire connaître. Il rencontre une danseuse Nadia et les deux jeunes gens tombent aussitôt amoureux l’un de l’autre. Mais Monir devient furieusement jaloux du professeur de danse de Nadia et il préfère rompre. Il fait alors la connaissance d’une jeune fille riche qu’il sauve de la noyade. Elle s’appelle Souraya et elle s’est jetée dans le Nil par désespoir : son père refuse qu’elle épouse le garçon qu’elle aime.


Mercredi 5 décembre à 18h30

L'Appel du Courlis (ou La Prière du Rossignol) de Henry Barakat (Doa al karawan, 1959)
avec Ahmed Mazhar, Hussein Ismail, Faten Hamama, Edmond Tuema, Ragaa El Geddawy, Hussein Asar, Nahed Samir, Abdelalim Khattab, Mimi Shakib
Adaptation du roman de Taha Hussein, L'Appel du Courlis (1934)
Scénario : Henry Barakat et Youssef Gohar
Musique : André Ryder
Figure dans la liste des quinze meilleurs films égyptiens de tous les temps.
appréciation : 5/5


Drame. Bani Warkan est une petite ville au cœur des montagnes où vit Amina avec sa sœur Hanadi et ses parents, Khader et Zarah. Cette famille de bédouins mène une existence laborieuse mais les trois femmes sont courageuses. Malheureusement, le père est un débauché qui dépense tout son argent dans les plaisirs. Un jour, c'est le drame : il est assassiné. L'oncle Khal Jaber ordonne à sa sœur et à ses nièces de quitter le pays, le temps que les gens oublient le scandale. Les trois femmes se lancent dans un long périple qui les mène dans une ville. Elles louent une petite maison mais il faut trouver du travail au plus vite. Grâce à un intermédiaire, les deux filles sont embauchées comme femme de chambre. 


Lundi 3 décembre à 18h30

L’inspecteur général d’Helmy Rafla (Al-mufattish al-amm, 1956)
avec Taheya Carioca, Ismail Yassin, Mahmoud El-Meliguy, Abdel Moneim Basiony, Abdel-Wares Asr, Wedad Hamdy, Shafik Nour El Din, Reyad El Kasabgy, Abdel Ghani Kamar
Scénario : Abou Al Seoud Al Ibiary, Helmy Rafla


Comédie. Le maire d’un village s’est enrichi en escroquant ses administrés et en détournant à son profit personnel les subventions envoyées par l’état. Un jour, il apprend que le gouvernement a décidé d’envoyer un inspecteur général pour enquêter sur d’éventuels détournements de fonds. Il croit que Saber, un pauvre inspecteur agricole qui s’est installé dans l’hôtel du village, est en fait ce fameux inspecteur général. Il tente de le corrompre… 
Adaptation de la pièce de théâtre Le Revizor de Nicolas Gogol (1836)

Samedi 1er décembre à 18h30

La Jeune Fille de 17 ans de Kamal Attiya (Bint Sabaatashar, 1958)
avec Zubaida Tharwat, Ahmed Ramzy, Hussein Riad, Zouzou Madi, Abdel Moneim Ibrahim, Wedad Hamdy, Abdel Aziz Hamdy, Abdel Moneim Basiony, Fifi Youssef, Malak El Gamal
Scénario et dialogues : Hussein Helmy El Mohandes
Musique : Ibrahim Hussein


Après la mort de sa femme, Ibrahim, un commerçant prospère, a élevé seul sa fille Safaa. Il ne s’est jamais remarié pour pouvoir se consacrer exclusivement à l’éducation de son enfant. Elle a maintenant dix-sept ans et elle entre à la faculté de droit. Grâce à son amie Didi, elle fait la connaissance d’un étudiant qui est en troisième année. Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Malheureusement, Ibrahim ne veut pas entendre parler de mariage car la mère du jeune homme loue son appartement à des joueurs de poker. Il demande à son ami le docteur Refaat de l’aider à briser cette idylle…


mardi 27 novembre 2018

Tout le monde veut aimer (El Kol Awez Yeheb, 1975)

الكل عاوز يحب 
ﺇﺧﺮاﺝ: أحمد فؤاد 


Ahmed Fouad a réalisé Tout le monde veut aimer en 1975
Distribution : Soheir Ramzy, Nour Al Sherif, Adel Imam, Hassan Hamed, Nabila El Sayed, Nadia Arslan, Ibrahim Saafan, Seif Allah Mokhtar, Medhat Gamal, Dina Abdallah, Mohamed Shawky, Gamal Ismail, Qadria Kamel, Motawa Owis, Ibrahim Kadri, Mazhar Abol Naga, Saleh Al-Eskandrani
Scénario : Yahya Al Leithi

Nabila El Sayed

Nour Al Sherif

Medhat Gamal et Hassan Hamed

Adel Imam et Mohamed Shawky

Soheir Ramzy et Ibrahim Saafan

Hassan Hamed et Adel Imam

Nadia Arslan


Nour Al-Sherif et Soheir Ramzy

Soheir Ramzy

Ahmed, un playboy de la capitale, rend visite à son ami Abdel Salam, un instituteur qui réside à Fayoum. Il est accompagné par deux jeunes femmes, Diana et Maria. Celles-ci vont à l’hôtel tandis qu’Ahmed traverse la vile pour rejoindre Abdel Salam dans son école. En cheminant, il rencontre Layla. C’est le coup de foudre immédiat. Quand il retrouve enfin son ami, Ahmed lui raconte aussitôt ce qui vient de lui arriver. Abdel Salam lui conseille de ne pas tenter d’approcher à nouveau celle dont il est tombé amoureux. La jeune femme habite en face de chez lui et elle est étroitement surveillée par son cousin qui rêve de l’épouser bien qu’il soit déjà marié. Un détail qui a son importance : ce cousin, du nom de Massoud, est un commerçant prospère et une force de la nature qui effraie tout le monde par sa violence. Ahmed n’a cure de l’avertissement d’Abdel Salam. Il veut revoir Layla. Il pense écarter le danger en envoyant Massoud rencontrer ses deux amies, séduisantes et peu farouches, dans leur chambre d’hôtel. Pendant ce temps-là, il rejoint l’appartement d’Abdel Salam et se met à la fenêtre pour converser avec Layla. Malheureusement, Massoud est averti par le portier et il se rue avec ses hommes dans l’appartement de l’instituteur. Ahmed a juste le temps de fuir en s’accrochant à la gouttière. S’ensuit une course poursuite, à pied, en carriole, à cheval et même à dromadaire. Pour revoir sa bien-aimée, Ahmed a une idée : il se déguise en vieux professeur inoffensif. Massoud n’y voit que du feu et accepte la présence de ce vieillard dans l’entourage de sa cousine. De son côté, Abdel Salam ne reste pas inactif : il s’est rapproché de Maria, l’une des deux amies d’Ahmed tandis que la seconde, Diana, continue de s’occuper du redoutable Massoud A la fin, Ahmed retrouvera sa véritable identité et épousera Layla. Quant au cousin, il retournera auprès de son épouse. .



samedi 24 novembre 2018

Festival International de cinéma du Caire (Egypte)

مهرجان القاهرة السينمائي الدولي



La quarantième édition du festival international du cinéma du Caire a débuté mardi 20 novembre et se terminera le jeudi 29 novembre. Les organisateurs ont programmé plus de 160 films venant de 60 pays différents. 

Le festival a un nouveau président en la personne de Mohamed Hefzy, producteur et dirigeant de la société Film Clinic. Il succède à Magda Wassef dont les décisions et les choix avaient fait l’objet de sévères critiques en 2017 et en 2016.

 Cette édition offre donc un certain nombre de nouveautés. Mohamed Hefzy veut notamment remettre à l’honneur le cinéma arabe et ses représentants les plus jeunes et les plus innovants. C’est à cette fin qu’a été créé un tout nouveau prix : celui du meilleur film arabe. Les organisateurs ont voulu aussi promouvoir les œuvres réalisées par des femmes du monde arabe. Lors de cette quarantième édition, neuf d’entre elles présenteront un film.
Enfin le festival rendra un hommage à l’écrivain Ihsan Abdul Quddus qui aurait cent ans cette année. Un grand nombre de ses romans ont été adaptés au cinéma et il a écrit aussi de nombreux scénarios originaux. Quatre adaptations de ses œuvres seront projetées dans des versions restaurées.  

L’acteur Hassan Hosny (né en 1931) sera lui aussi honoré pour sa longue carrière au cinéma, à la télévision et au théâtre.

vendredi 16 novembre 2018

A la télé : le film du jour (Rotana Classic du 16 au 30 novembre)

 روتانا كلاسيك


Ma sélection personnelle parmi les films diffusés par la chaîne Rotana Classic. Les horaires donnés sont ceux de l'après-midi ou de la soirée (heure de Paris). La plupart des films sont ensuite rediffusés le lendemain matin. Je m'efforce de choisir des films qui n'ont pas encore fait l'objet d'une présentation sur ce blog sans nécessairement prendre en compte leurs qualités artistiques.


Vendredi 30 novembre à 18h30

Kit Kat de Daoud Abdel Sayed (1991)
avec Mahmoud Abd El-Aziz, Sherif Mounir, Aida Reyad, Amina Risk, Salah Sadeq, Sherif Mounir, Ali Hassanein, Najah Al Mujy, Nadia Shams Eddin, Galila Mahmoud, Amel Ibrahim, Jihad Nasr
d’après une histoire d’Ibrahim Aslan
Musique : Rageh Daoud, Saïd Mekawi, Saïd Hejab, Salah Gahin, Ibrahim Ragab, Mahmoud Abdel Aziz
figure dans la liste des quinze meilleurs films égyptiens de tous les temps


Comédie sociale. Sheikh Hosny est un homme aveugle qui vit avec sa mère et son fils dans le quartier de Kitkat à Giseh. Pour oublier ses malheurs, il passe toutes ses nuits à fumer de la marijuana en compagnie d’amis. Malgré son handicap, il a un rêve : conduire une moto. Quant à son fils Youssef, il voudrait partir en Europe pour trouver du travail.


Jeudi 29 novembre à 16h

Sans Rendez-Vous d’ Ahmed Diaa Eddine (Men Gheir Ma'ad, 1962)
avec Moharam Fouad, Soad Hosny, Nadia Lotfi, Mohamed Sultan, Khayria Ahmed, Fakher Fakher, Soheir Fakhry, Madiha Yousri, Mahmoud El Sabaa, Zinat Sedki, Mohamed Tawfiq, Mohamed El Dib, Mohamed Fadel
Scénario et dialogues : Youssef Issa
Musique : Baligh Hamdy, Mohamed Al Mogi, Fouad El Zahry


Romance. Salwa est tombée amoureuse de Waheed mais elle ne l’a dit à personne. Le problème, c’est que Waheed ne ressent rien pour elle et il aime déjà une autre femme qui se nomme Nadia. La situation se complique quand Kamal, l’ami de Waheed, tombe lui aussi amoureux de Nadia…


Mardi 27 novembre à 16h

Zanuba d'Hassan El Seifi (1956)
avec Samia Gamal, Chukry Sarhan, Mahmoud Ismail, Stephan Rosti, Zaki Mohamed Hassan, Mohsen Sarhan, Stephan Rosti, Abdel Wareth Asr, Samira Ahmed, Mohamed Tawfik, Reyad El Kasabgy, Abdel Moneim Ismaïl, Ferdoos Mohamed, Hassan Fayek, Nadia Gamal
Scénario : Mahmoud Ismaïl
Musique : Attya Sharara

Thriller. Attya est le chef d’un gang spécialisé dans le cambriolage et le trafic de drogue. Dans la bande, il y a Zanuba, une danseuse qui a été sa maîtresse mais depuis quelque temps, il la délaisse car il est tombé amoureux d’une jeune fille de son quartier, Nana’a. Celle-ci est fiancée à son cousin, un soldat qui part avec son régiment sur le front en Palestine. Ce départ arrange bien les affaires d’Attya. Pour conquérir la jeune fille, lui et ses complices mettent à exécution un plan diabolique. Ils approchent le frère de Nana’a et Zanuba est chargée de le séduire. Le garçon offre peu de résistance aux charmes de la danseuse. Il ne sait pas qu’il est tombé dans un piège… 


Lundi 26 novembre à 22h

Mon Coeur me Guide d'Anwar Wagdi (Kalbi Dalili, 1947)
avec Laïla Mourad, Anwar Wagdi, Stephan Rosti, Zouzou Chakib, Bashara Wakim, Hassan Fayek, Farid Shawki, Saïd Abou Bakr, Abdel Aziz Al Ahmed, Abdel Hamid Zaki, Mohamed Kamel, Menassa Fahmy, Ismaïl Yassin, Reyad El Kasabgy, Mahmoud Shoukoko
Scénario : Aboul Seoud Al Ebiary
Musique : Mohamed Al Qasabji et Mohamed Fawzi


Comédie musicale. La police est avertie qu’une fille doit arriver par le train au Caire avec une valise remplie de drogue. Les enquêteurs ont la description précise de la criminelle. A la gare, ils font le guet. Des hommes appartenant à un gang sont aussi présents pour récupérer la fille et son précieux bagage. Quand le train arrive à destination, la complice des gangsters remarque tous ces policiers sur le quai. Elle parvient à disparaître dans la foule. Laïla, une jeune étudiante, descend du train. Elle correspond au signalement donné aux enquêteurs. Ils l’arrêtent. ..


Dimanche 25 novembre à 16h

Le Fils de Hamido de Fateen Abdel Wahab (Ibn Hamidu, 1957)
avec Ismaïl Yassin, Hind Rostom, Ahmed Ramzy, Abd El Fatah El Quossary, Zinat Sedki, Tawfik El Deken, Nelly Mazlom, Hassan Hamed, Soad Ahmed, Reyad El Kasabgy, Nemat Mokhtar, Rashad Hamed, Hassan Atla, Abdel Ghani El Nagdi
Scénario et dialogues : Abbas Kamel
Musique : Attya Sharara


Comédie. Ibn Hamido est un pêcheur et avec son collègue Hassan, il a décidé de pêcher dans une zone située près de Suez. Cet endroit est le cadre d’un trafic de drogue important. Ils font la rencontre de deux sœurs, Aziza et Hamida, et ils louent une chambre dans la maison du père des deux jeunes filles. Naturellement, l’amour naît entre les quatre jeunes gens et on parlerait déjà de mariage sans un certain Abaas Effendi qui souhaite épouser Aziza. Pour se débarrasser des deux garçons, le rival d’Hassan cache de la drogue dans leurs affaires et il appelle la police...


Samedi 24 novembre à 16h


Chagrin d'amour de Salah Abou Seif (Lawet el hub, 1960)
avec Shadia, Omar Sharif, Ahmed Mazhar, Salwa Ezz Eddin, Shafiq Nour El Din, Esmat Mahmoud, Abdel Ghany El Nagdi, Aziza Helmy, Thuraya Fakhry, Abdel Moneim Ismaïl, Kamal Anwar, Abdel Azim Kamel, Saïd Khalil, Layla Karim
Scénario : Salah Abou Seif, Galil El Bendary, El Sayed Bedeir
D’après le roman d’Emile Zola, la Bête Humaine
Musique : Fouad El Zahry


Drame sentimental. Mahmoud est un conducteur de train. Il est marié à Amal. Un jour, il doit partir pour une mission qui le tiendra éloigné un certain temps de la ville. Il charge son collègue Hassan de prendre soin de sa femme. La complicité entre l’ami et l’épouse est immédiate, une complicité qui au fil des jours se change en passion amoureuse.


Vendredi 23 novembre à 22h

Le Chauffeur de Madame d’Hassan Ibrahim (Sawak el Hanem, 1994)
avec Ahmed Zaki, Sanaa Jamil, Adel Adham , Sabrin, Sherein Seif El Nasr, Abla Kamel, Mamdouh Wafi, Qadria Kamel, Nadia Rafiq, Ashraf Al-Selehdar, Mohamed Gibril, Mousa Salem, Ahmed Samy, Abdallah Fouad Farghaly, Hamdy Youssef, Sabah Mahmoud
Scénario : Youssef Gohar
Musique : Mokhtar El Sayed, Baha’ Jahin, Irahim Ragab, Entasar Abdel Fattah, Ahmed Zaki


Madame Latifa est une descendante de la famille royale. Elle reste nostalgique du temps passé et rêve d’un retour de la monarchie. Dans sa maison, elle exerce une autorité impitoyable sur son mari, ses deux enfants et tout son personnel. Un jour, son chauffeur, excédé par les remontrances continuelles dont il fait l’objet, quitte brusquement son service. Il est remplacé au pied levé par Ahmed, un modeste chauffeur de taxi. Le premier essai est concluant : il devient le chauffeur attitré de la famille. Mais l’arrivée d’Ahmed va provoquer de nombreux remous au sein du petit monde bien ordonné de Madame Latifa. Ainsi, Afkar, la fille de la maison, tombe amoureuse de lui. Situation bien embarrassante pour le jeune homme : il est déjà épris d’une voisine à qui il a promis le mariage…


Mercredi 21 novembre à 16h

Monsieur Omar de Niazi Mostafa (Si Omar, 1941)
avec Zouzou Chakib, Naguib Al Rihani, Mohamed Kamal El Masry, Abd El Fatah El Kosary, Mimi Chakib, Stefan Rosti, Mary Moneib, Victoria Hobeika, Rashad Hamed, Violet Sidawi, Badyah Sadek, Abdel Aziz El Gahely, Ali Abdel Kader, Fouad El Rachidi, Ali Abd El Al, Eskandar Menassa
Scénario : Naguib Al Rihani et de Badie Khairy d’après la pièce du premier Si j’étais beau (1938).
Musique : Mohamed Hassan Al Shugai, Riad Al Sonbati, Badyah Sadek, Ibrahim Hussein, Mohamed El-Kahlawy
appréciation : 3/5
 

Gaber Afendi est un modeste employé travaillant dans l’exploitation agricole du très puissant Omar Al Alfy. Un jour il découvre dans les comptes du domaine de nombreuses irrégularités. Il en informe la direction. On le licencie aussitôt. Gaber décide de monter au Caire pour trouver du travail. Dans le train il rencontre une jeune femme très séduisante qui est frappée par sa ressemblance avec Omar Al Alfy. Ce dernier est parti pour un long séjour en Inde. Avec l’aide de ses complices, elle entreprend d’exploiter cette similitude. Elle introduit Gaber dans la famille d’Omar pour s’emparer de sa fortune.


Mardi 20 novembre à 16h

La Mecque d’Ahmed El Tokhy (bayt allah al haram, 1957)
avec Omar El Hariri, Berlanty Abdel Hamid, Abbas Farès, Hussein Riad, Fouad El Tokhy, Elham Zaki, Kamal Abbas, Sayed El Arabi, Zizi Al Badraoui, Khaled El Agabany, Hosna Soliman, Naïma Wasafi, Hassan Al Adib
Scénario : Fouad El Tokhy et Ahmed El Tokhy
Musique : Aïcha Hassan

Légende. Abraha est un général qui a conquis l’Arabie du sud et qui s’est autoproclamé roi. Il vit fastueusement entouré de toute une cour. L’année même de la naissance de Mohamed, Abraha projette d’entrer dans la Mecque et de détruire la Kaaba avec des éléphants (Cet épisode est relaté dans le Coran.). Face à lui, il n’y a que le vieil Abd Al Muttalib, le grand-père du prophète, et ses hommes. Mais Zahra, sa propre fille, va s’opposer à son dessein diabolique.


Lundi 19 novembre à 16h

Les Trois Mousquetaires de Togo Mizrahi (el Foursan el Thalathah, 1941)
avec Fawzi El Gazaerli, Ehsane El Gazaerli, Bishara Wakim, Hassan Rashid, Alfred Haddad, Ahmed Elhaddad, Hisen El Mileagi, Akela Rateb, Lotfy El Hakim
Scénario : Togo Mizrahi
Dialogues : Badie' Khairy
appréciation : 3/5
 

Bahbah, Shiha et Sankar sont trois collègues travaillant pour le même journal. Pour échapper à son épouse despotique, Bahbah feint d’être malade et entraîne ses deux camarades dans un hôtel loin de la capitale pour quelques jours de repos. Là, ils rencontrent Husnia, accompagnée de son oncle. Cette jeune femme séduisante est à la recherche d’un homme riche afin de l’épouser. L’oncle est persuadé que cet homme-là est Bahbah. C’est le point de départ d’une série de quiproquos où chacun prétend être ce qu'il n'est pas. L'arrivée surprise de l'épouse de Bahbah à l'hôtel va encore compliquer la situation.


Dimanche 18 novembre à 18h30

Jeunesse Très Folle
de Niazi Mostafa (Shabab magnoun geddan, 1967)

avec Soad Hosny, Mimi Chakib, Samir Sabri, Samir Ghanem, George Sedhom, Ahmed El Deif, Ahmed Ramzy, Shahinaz Taha, Hoda Farid, Nawal Fahmy, Ibrahim Zada
Scénario : Abdel Hay Adib et Abou Al Seoud Al Ebiary
Musique : Hussein El Sayed et André Ryder


Comédie musicale avec les Trois Lumières du Théâtre. Madiha est une jeune étudiante à l’Institut des Arts et de la Comédie. Les circonstances vont la conduire à se déguiser en garçon pour pouvoir jouer dans l’orchestre monté par ses trois frères. Ils se produisent dans un club où ils retrouvent tous leurs fans. Parmi eux, il y a la fille du propriétaire de l’établissement. Elle est tombée amoureuse de Madiha et veut l’épouser.


Samedi 17 novembre à 22h 

Le Passage des Miracles d'Hassan Al Imam (zoqaq el madaq, 1963)
avec Shadia, Salah Kabil, Hassan Youssef, Youssef Shaban, Samia Gamal, Hussein Riad, Aqeila Rateb, Abdel Moneim Ibrahim, Abdel Wareth Asr, Tawfik El Deken, Mohamed Reda, Thoraya Helmy, Adli Kasib, Hussein Ismaïl, Mohsen Hassanein, Hassan El Baroudy, Mahmoud Shoukoko, Hamed Morsi
Scénario et dialogues : Saad Eddin Wahba
Musique et chansons : Hussein El Sayed, Mohamed Al Mogi, Fathy Qoura, Ali Ismaïl

 
D'après un roman de Naguib Mahfouz
. L’histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale alors que l’Egypte est toujours occupée par les Britanniques. Hamida vit avec sa mère dans une rue pauvre du Caire. Abbas le coiffeur souhaiterait l’épouser mais il est trop pauvre. Alors pour accroître ses revenus et obtenir la main de la jeune fille, il se résigne à travailler dans un camp militaire britannique. Malheureusement, Hamida est séduite par Farag, un personnage corrompu. Elle disparaît. Abbas part à sa recherche.


Vendredi 16 novembre à 22h

La ruelle du Bergwan d’Hussein Kamal (Harat Borgwan, 1989)
avec Nabila Obeid, Ahmed Abdelaziz, Youssef Shabaan, Hamdy Gheith, Noha El Amrousy, Adawy Gheith, Fouad Khalil, Aziza Rached, Youssef Aïd, Ahmed Abou Abya, Hanem Mohamed, Sana Soliman
Scénario et dialogues : Mostafa Moharam
D’après une histoire d’Ismail Waly Eddin
Musique : Ammar El Sherei


Drame. Zinat est une jeune femme qui vit dans un appartement délabré avec la famille de son mari. Ce dernier est un individu peu recommandable, sale et toujours ivre. Un jour, Zinat le surprend avec sa maîtresse. Ils divorcent et Zinat doit quitter l’appartement. Elle se retrouve seule, sans travail et sans un sou : son ex-mari lui a volé toutes ses économies. Heureusement, elle trouve un travail dans une grande blanchisserie appartenant à Maître Saïd. Medhat, le directeur de l’établissement, est très vite attiré par sa nouvelle employée. Celle-ci, peu sensible au charme de son patron, repousse fermement ses avances incessantes…


lundi 12 novembre 2018

Les Journées Cinématographiques de Carthage (Tunisie)


أيام قرطاج السينمائية 2018


La 29ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) s’est conclue samedi dernier avec la remise des prix décernés par les deux jurys du festival. Le cinéma égyptien a été distingué dans les catégories  longs-métrages documentaires et longs-métrages de fiction.

Pour les documentaires, deux films :

- Tanit d’Or : AMAL de Mohamed Siam. Le parcours chaotique d'une adolescente révoltée dans l'Egypte post Moubarak.

- Tanit d’Argent : YOU COME FROM FAR AWAY de Amal Ramsis. L'histoire familiale d'un Palestinien qui a participé à la guerre d'Espagne en 1936.

Pour les oeuvres de fiction, un seul film :

-Tanit d'Argent : YOMEDDINE de A.B Chawky. Un lépreux et un orphelin traversent l'Egypte à la recherche de leur famille.

Le Tanit d'or a été remporté par un film tunisien, FATWA de Mahmoud Ben Mahmoud.


Soirée de clôture du festival : sur le tapis rouge
par Mosaïque FM
Après une musique d'introduction un peu pénible, déclarations de quelques stars invitées